Multiples

Forum français pour les systèmes de personnalités/alters et leurs proches
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Page FB  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 Qu'est-ce que la dissociation ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Dwelt
Admin
Admin
avatar

Messages : 173
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Qu'est-ce que la dissociation ?   Jeu 15 Fév - 17:13

Qu'est-ce que la dissociation ?


Source : PODS - What is dissociation ?



Dissociation - Un état ou une structure ?

Il existe plusieurs façons de décrire la dissociation, et l'une des raisons pour laquelle il existe un flou autour des troubles dissociatifs est que la dissociation peut désigner une expérience : quand on a l'impression de naviguer à travers du brouillard, ou lorsque l'on switch vers une autre partie de notre personnalité ; mais la dissociation peut aussi désigner un état fondamental et la structure de notre esprit. Aussi, dire que l'on dissocie peut se référer à quelque chose que l'on fait ou quelque chose que l'on est. Voici quelques exemples de descriptions de la dissociation, et quelques citations de professionnels dans ce domaine :



La dissociation est :

- une réponse commune et normal à un traumatisme
- une technique de survie créative
- une façon de bloquer les pensées ou émotions insupportables
- un moyen de défense contre la douleur
- une réaction instinctive et biologique
- une séparation des fonctions mentales qui fonctionnent normalement ensemble ou en tandem
- un processus normal qui commence en tant que mécanisme de défense pour survivre à un trauma, mais qui devient problématique avec le temps
- une façon de se distancer ou de se déconnecter de l'horreur du trauma
- une impossibilité d'intégrer ou de lier les informations à propos de notre environnement ou de nous-mêmes
- une altération de la conscience provoquant souvent le sentiment d'être détaché ou déconnecté de notre environnement ou de nous-mêmes
- une réponse réflexe et automatique basée sur la survie face à une menace extrême
- une façon de gérer les conflits inconciliables de notre esprit (comme avoir été abusé par quelqu'un que l'on aime)
- une façon de gérer des émotions conflictuelles en les gardant séparées dans différentes parties de notre esprit
- une façon de s'échapper mentalement lorsqu'on ne peut pas s'échapper physiquement
- une réponse automatique se déclenchant lorsque l'on est submerger par une douleur physique ou émotionnelle insupportable
- un mécanisme d'adaptation permettant de survivre à un trauma insupportable
- "une interruption dans les fonctions de la conscience, de la mémoire, de l'identité ou de la perception, qui sont normalement intégrés" (APA, 2000, p.519)
- "une réponse permettant de sauver sa vie face à des expériences de vie insupportables" (Haddock, 2001, p.21)
- "une interruption complète ou partielle de l'intégration normale des fonctions psychologiques d'une personne" (Dell & O'Neil, 2009, p.xxi)
- "une perte complète ou partielle de l'intégration normale entre les souvenirs du passé, la conscience de l'identité, et les sensations actuelles ainsi que le contrôle des mouvements du corps" (CIM-10, 2010)
- "une compartimentation des expériences : les éléments du trauma ne sont pas intégrés en un tout unifié, ni en un sens de soi uniforme" (Van der Kolk et al., cités dans Dell & O'Neil, 2009, p.108)
- "une activation protectrice d'états de consciences altérés en réaction à un trauma psychologique insupportable" (Loewenstein, 1996, p.312)
- "un mécanisme de défense inconscient au cours duquel une partie des activités mentales se séparent du flux de conscience principal et fonctionne comme une unité séparée" (O'Regan, cité dans Haddock, 2001, p.11)
- "son but est de prendre le souvenir ou l'émotion qui est associé directement à un trauma et de l'encapsuler, ou le séparer, de la conscience" (Haddock, 2001, p.11)
- "une fuite mentale quand la fuite physique n'est pas possible" (Kluft, cité dans Sanderson, 2006, p.187)
- "une impossibilité majeur à s'intégrer qui interfère et change notre sens de soi et notre personnalité" (Boon et al., 2011, p.8 )



La dissociation comme réponse à un trauma

La dissociation est une réponse totalement normale envers un trauma extrêmement difficile. C'est une façon de survivre à quelque chose qui aurait autrement été douloureux au-delà du supportable, en réduisant la conscience et en provoquant une impossibilité de relier les différents aspects d'une expérience, comme nos actions, nos souvenirs, nos émotions, nos pensées, ou nos sensations et perceptions. Ainsi, il ne peut rester qu'un souvenir émotionnel (càd terreur, dégoût, honte) de ce qui est arrivé lors de l'évènement traumatique, mais aucun souvenir "visuel" (impossibilité de le "voir" dans notre esprit). Ou encore, il se peut que seule une image mentale très précise soit conservée, mais déconnectée de toutes émotions, comme si l'évènement ne nous concernait pas : on a le sentiment d'être engourdit ou de ne rien ressentir. L'expérience traumatique n'est pas intégrée et va se développer une vie ou une identité de son côté, séparée de la conscience principale. Pour le rester de notre existence, on pourra avoir des difficultés à faire la connexion entre ce qui nous est arrivé et ce que l'on a ressenti à cet instant, ou l'impact que cela à eu sur nous et la façon dont on se comportement et dont on ressent les choses maintenant. On pourrait également avoir du mal avec le fait que ça nous soit réellement arrivé.



Est-ce que tout le monde dissocie ?

Certains chercheurs pensent que tout le monde vit la dissociation à des degrés divers, et que la dissociation est un continuum allant de faible à sévère.

Au niveau faible du spectre, l'esprit utilise la dissociation pour écarter les informations sans importances afin que l'on puisse se concentrer sur la tâche en cours. C'est une réduction de l'attention, qui se focalise uniquement sur ce qui est essentiel. Se perdre dans un livre, c'est "choisir" de se dissocier des distractions externes. De façon similaire, "l'hypnose de l'autoroute" (highway hypnosis) est le nom souvent donné à cet état "perdu dans les pensées" que les gens peuvent expérimenter lorsqu'ils roulent sur une route familière. Immergés dans leurs pensées, ils roulent de façon prudente et sont prêt à répondre immédiatement à une urgence, mais sinon ils sont en pilote-automatique et leur attention est centrée sur ce qu'ils pensent plutôt que sur ce qu'ils ont sous les yeux. Ainsi, ils peuvent rater leur sortie, ou bien arriver à leur destination en se disant "comment suis-je arrivé ici aussi vite ?".

Dans ces deux exemple, ce n'est pas une réponse à une menace : en fait, c'est même l'opposé, car cela n'arrive que lorsque le niveau de menace est faible et qu'il existe un sens relatif de "sécurité" vis-à-vis de l'environnement. Pour cette raison, certains chercheurs pensent que ce n'est pas le même type de dissociation que celle causée par un trauma et qui peut mener à un trouble dissociatif. Mais beaucoup de gens le voit comme existant sur le même continuum que les formes de dissociation plus problématiques, et disent que c'est la façon normale et naturelle dont notre cerveau est censé fonctionner.

Ce type d'altération de la conscience, où l'attention est dirigée sur une tâche spécifique et non sur les autres stimuli, peut être utilisé de façon délibérée, lors d'une prière ou de méditation, par exemple.



Quand la dissociation qui pose problème

La dissociation chronique, problématique, "pathologique", se développe quand il y a eu une menace ou un trauma de façon répété, surtout si cela commence très jeune, et qu'il n'y a pas eu de soutient ou d'apaisement de la part d'une figure d'attachement (habituellement un parent).

Ce type de dissociation basée sur un trauma est un mécanisme automatique et est programmé biologiquement, c'est une réponse involontaire et qui agit comme "une fuite mentale quand la fuite physique n'est pas possible" (Kluft, 1992).

Le facteur de risque le plus important dans le développement d'un trouble dissociatif à l'âge adulte ne serait pas du fait de la sévérité du trauma, mais plutôt du fait du style d'attachement désorganisé. Cela se produit lorsque la personne prodiguant des soins à l'enfant était continuellement "effrayée" ou "effrayante" (Main & Hesse, 1996).



Les facteurs de risque de la dissociation chronique

Un trauma durant l'enfance ne mène pas systématiquement à un trouble dissociatif. Le facteur de résilience le plus important est le style d'attachement. D'après Christiane Sanderson, les facteurs de risque qui augmente les probabilités de développer un trouble dissociatif incluent :

- la sévérité de l'abus
- le degré de coercition et de souffrance
- le très jeune âge de l'enfant lors de l'abus
- la répétitivité des abus
- l'abus par une figure d'attachement - trauma par trahison ("le besoin de réconcilier l'impossible : que le parent soit aussi effrayant que ce qu'il prodigue des soins, qu'il soit autant un monstre qu'un sauveur" (p.184))
- la présence de réalités alternatives (par exemple, des abus n'arrivant que la nuit, tandis que la journée se déroule normalement)
- l'isolation sociale (pas de figure d'attachement vers qui se tourner pour internaliser l'expérience, aussi elle reste dissociée)
- le tabou sociétale qui entoure les abus ("l'enfant a presque besoin de repousser ce qu'il a vécu hors de sa conscience afin d'être sûr que les abus subis ne soient pas verbalisés aux autres")
- les affirmations contre la réalité de la part de l'agresseur (comme "ce n'est jamais arrivé ; tu as dû rêver")
- la perception de l'abus comme d'un trauma (qui suscite de la peur, de l'horreur, de la souffrance)

(Sanderson, 2006, p.185)



Comment un trouble dissociatif se développe ?

Un trouble dissociatif se développe lorsque la dissociation est utilisée en tant que stratégie de survie de façon répétée durant l'enfance. C'est comme si une "rayure" ou un "chemin" se formait dans l'esprit - en d'autres termes, des réseaux neuronaux sont formés et renforcés, et l'esprit développe une propension à utiliser la dissociation comme mécanisme d'adaptation pour tous les types de stress, pas juste le stress traumatique. Utiliser la dissociation de façon répétée veut dire que l'enfant est peu disposé aux développement de stratégies d'adaptation alternatives. Cela affectera son développement émotionnel et personnel.

La nature-même du trouble dissociatif de l'identité est de garder le trauma caché hors de la vue, dissocié derrière des barrières amnésiques fortes.
C'est pour cette raison que des gens peuvent être à un âge moyen ou avancé avant que ces barrières de protection ne se désagrègent et que la présence d'un trouble dissociatif ne devienne évident.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dwelt-multiple.blog4ever.com/
 
Qu'est-ce que la dissociation ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Contraintes sémantiques et dérivation en é- : attachement habituel, naturalité et dissociation intentionnelle
» Dissociation du gestionnaire et du comptable dans un Greta
» Bb2:Aide méthode dissociation sein et endormissement
» Dissociation
» Devoirs et Dissociation ionique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Multiples :: Discussions :: Documentation-
Sauter vers: