Multiples

Forum français pour les systèmes de personnalités/alters et leurs proches
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres   Documentation  Page FB  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 Etude psychobiologique du TDI (2012)

Aller en bas 
AuteurMessage
Dwelt
Admin
Admin
avatar

Messages : 203
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Etude psychobiologique du TDI (2012)   Sam 14 Avr - 16:22

Le TDI, réel ou imaginaire ? Une étude psychobiologique d'états dissociatifs authentiques et simulés (2012)





Source : Healthcanal - Understanding multiple personality disorder

Etude originale : Fact or Factitious ? A psychobiological study of authentic and simulated Dissociative identity states


Une nouvelle recherche provenant de l'Institut de Psychiatrie de l'université de Londres nous a permis de comprendre un peu mieux les mécanismes derrière le trouble de personnalité multiple. Cette étude est la première de son genre et met en évidence des preuves qui suggèrent que cette condition mentale n'est pas lié à l'imagination, ce qui renforce l'idée qu'elle est lié au trauma.

Il est estimé que le trouble de personnalité multiple, plus récemment connue sous le nom de trouble dissociatif de l'identité (TDI), pourrait affecté 1% de la population générale, soit autant que la schizophrénie. Les gens qui sont diagnostiqués avec un TDI ont souvent eux plusieurs diagnostics erronés, tels que la schizophrénie ou le trouble bipolaire. Le TDI est caractérisé par la présence d'au moins deux "identités" ou "états de personnalité" distincts : chacun ayant des propres perceptions de leur environnement et d'eux-même.

Malgré le fait que le TDI soit reconnu dans le DSM, le diagnostic est toujours controversé. Certains experts disent que le TDI se développe suite à de la négligence émotionnelle et/ou des abus émotionnels, physiques ou sexuels durant la petite enfance. D'autres ont un point de vue différent sur le TDI, disant qu'il n'est pas lié au trauma mais à une propension à la fantaisie, la suggestibilité, la simulation et au jeu-de-rôle.

Le Dr. Simone Reinders du Département d'Etude des Psychoses de l'Institut de Psychiatrie, et la directrice de l'étude publiée dans PLoS ONE, a déclarée : "Que le trouble dissociatif de l'identité soit ou non un véritable trouble est un sujet de débat passionnant entre les scientifiques, les cliniciens et les psychiatres."

"On souhaitait tester la validité du point de vue non-traumatique. En comparant des gens ayant un trouble dissociatif de l'identité avec des personnes imitant la condition mentale ayant une propension à l'imaginaire faible ou forte, on a trouvé des différences flagrantes dans leur réponses psychobiologiques et biologiques, dans la façon de se rappeler le trauma,  qui suggèrent que cette condition mentale n'est pas liée à un jeu-de-rôle ou à l'imagination. Cette étude est un pas en avant intéressant et important pour le débat qui entoure cette condition."

Le point de vue traumatique suppose que le TDI est une stratégie d'adaptation au cours de laquelle différentes identités peuvent se développer. Par exemple, des états d'identité neutres (EIN, neutre identity states, NIS) où le patient se concentre sur la vie quotidienne et désactive l'accès aux souvenirs traumatiques ; et les états d'identité liés au trauma (EIT, trauma-related identity states, TIS) où le patient a conscience et accès aux souvenirs traumatiques.

Les chercheurs ont étudiés 29 personnes : 11 patients diagnostiqués avec TDI, 10 personnes avec une forte propension à l'imaginaire et 8 personnes avec une faible propension à l'imaginaire. Le niveau de propension à l'imaginaire est une indication de la facilité avec laquelle un individu peut s'investir dans l'imaginaire, une représentation mentale ou une rêverie. Les chercheurs ont mesurés les réactions, les réponses cardiovasculaires et l'activité cérébrale avec un PET-scan, des participants diagnostiqué et jouant un rôle tandis qu'ils étaient exposé à des informations auto-biographique neutres ou liées à un trauma.

Ils ont découvert que de grandes différences existent au niveau du flux sanguin cérébraux et des réponses psychobiologiques entre les patients avec TDI et les personnes ayant une propension à l'imaginaire, qu'elle soit faible ou forte. Cela suggèrent que les différents états d'identités du TDI ne peuvent pas être simulés de façon convaincantes.

Cette étude a été menée avec l'aide de l'Organisation néerlandaise pour la recherche scientifique et en collaboration avec le Centre médical universitaire de Groningue de l'Université de Groningue aux Pays-Bas.
Revenir en haut Aller en bas
http://dwelt-multiple.blog4ever.com/
Odinn
S'est installé
S'est installé
avatar

Messages : 32

MessageSujet: Re: Etude psychobiologique du TDI (2012)   Sam 14 Avr - 23:21

Merci :)

______________________________________
Pour ceux qui se battent la vie à un goût que ceux qui se protègent ne connaîtront jamais....
~ Sucker Punch

Alice
Mylène
Béatrice

Régis et Jim ne savent pas écrire.
Revenir en haut Aller en bas
Heiethel
Messager
Messager
avatar

Messages : 20
Localisation : FR.

MessageSujet: Re: Etude psychobiologique du TDI (2012)   Dim 15 Avr - 10:50

Merci I love you

______________________________________

Edouard, Juuzô, Yohen, Bailey, Rin-Rin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Etude psychobiologique du TDI (2012)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Etude psychobiologique du TDI (2012)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [2012] : Une météorite vient de froller l'Afrique du Sud
» 2012 DA14 : un petit astéroïde croise régulièrement notre trajectoire
» Mission été 2012 dans orphelinat Afrique Ouest
» Education en ukraine sans problèmes 2012-2013.
» Etude de cas technique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Multiples :: Discussions publiques :: Documentation :: TDI, ATDS, TNDS-
Sauter vers: