Multiples

Forum français pour les systèmes de personnalités/alters et leurs proches
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 TDI, stéréotypes et fausses idées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dwelt
Admin
Admin
avatar

Messages : 112
Localisation : Toulouse

MessageSujet: TDI, stéréotypes et fausses idées   Jeu 12 Jan - 2:33

Une brève présentation

Source : Basics presentation


Le Trouble dissociatif de l'identité (TDI) est souvent dissimulé et difficile à remarquer, seulement 5 à 6% des individus avec un TDI ayant un TDI dit floride*. Les changements de personnalité entre les alters sont rarement accompagnés par des changements extravagant de personnalités, mis en valeur par le changement de vêtements, de préférences et d'accent. En revanche, les systèmes peuvent aller très loin pour cacher leur condition ainsi que nier et minimiser leurs symptômes autant que possible une fois diagnostiqués. Les alters se manifestent fréquemment à travers une influence passive plutôt que de prendre totalement le contrôle, et beaucoup de personnes avec un TDI sont amnésiques à propos de leur propre amnésie et ne remarquent même pas quand un changement de personnalité complet se produit.

D'après le DSM-5, les personnes qui sont diagnostiquées avec un TDI se présentent souvent avec en comorbidité un trouble de stress post-traumatique, un trouble dépressif, un trouble anxieux, un trouble de la personnalité comme le trouble de la personnalité borderline ou de la personnalité évitante, un trouble de conversion, un trouble de symptômes somatiques, des troubles alimentaires, des troubles liés à la prise de substances, un trouble obsessionnel compulsif, des troubles du sommeil, d'automutilation, ou des crises psychogènes non-épileptiques (CPNE).

Ces symptômes peuvent être confondus avec les troubles de l'humeur (comme le trouble bipolaire ou un trouble dépressif majeur), des troubles de la personnalité (comme le trouble de personnalité borderline), des troubles psychotiques (comme la schizophrénie), d'autres troubles dissociatifs (comme les autres troubles dissociatifs spécifiés ou l'amnésie dissociative), le trouble de stress post-traumatique seul, le trouble de conversion, le trouble obsessionnel compulsif, la paranoïa ou des troubles cognitifs. Le TDI devient souvent plus visible avec l'âge, ou encore lorsque les personnes ayant ce trouble sortent du contexte ayant causé le traumatisme, quand la personne a des enfants qui atteignent l'âge où elle a été traumatisée, ou quand l'agresseur meurt ou contracte une maladie mortelle.

Le DSM-5 prévient que près de 70% des patients ambulatoires avec un TDI essaient de de suicider. Certains alters peuvent également s'automutiler, avoir des pensées suicidaires ou des pulsions rendant le traitement compliqué.

"Je peux vous promettre que si je ne vous dis pas que j'ai un TDI, vous ne le saurez jamais. Il y a eu une période durant laquelle mes symptômes étaient plus évidents, mais c'était il y a des années. Maintenant, je suis "très fonctionnelle", et personne ne remarque quoi que ce soit. Si personne n'a jamais remarqué les signes des abus, comment pourraient-ils s'attendre à reconnaître quelque chose d'encore plus complexe ? Non, je suis juste réservée et un peu étrange, c'est tout" - Star


*floride signifie "très rouge" mais désigne ici des symptômes très apparents



------------------------------------------
Mythes versus faits

Source : Myths



Mythe : Le Trouble dissociatif de l'identité est la même chose que la schizophrénie

Fait : La schizophrénie est un spectre de troubles caractérisés par la délusion, les hallucinations, la paranoïa, un affect plat, des pensées, paroles et mouvements désorganisées, la catatonie et la mise en retrait vis à vis de la société. Cela n'implique pas d'avoir des alters et parfois n'implique aucune dissociation. En comparaison, ceux avec un TDI ne sont pas sujet à la délusion ou n'hallucinent pas la présence de leurs alters. Même si les deux peuvent entendre des voix, ceux avec un TDI entendent généralement la projection interne de leurs alters. Les premiers symptômes de la classification de Schneiderian chez les TDI sont différents de ceux chez les schizophrènes, et même si ceux avec TDI peuvent vivre des moments de psychoses dissociatives ou réactives, ce ne sont pas les mêmes choses.



Mythe : Le TDI est la même chose que le trouble bipolaire

Fait : Le trouble bipolaire est un trouble de l'humeur caractérisé par des état dépressifs, maniaques, ou mixtes. Ils n'ont rien à voir avec des alters ou la dissociation. Ceux avec un TDI peuvent avoir l'air d'avoir des cycles d'humeur rapides dû aux changement de personnalité, mais c'est parce que leurs alters peuvent avoir différentes humeurs ou à cause d'un élément déclencheur. Les deux troubles sont loin d'être similaires.  



Mythe : Le TDI est la même chose que le trouble de la personnalité borderline (TPB)

Fait : Il y a beaucoup de similitudes entre le trouble dissociatif de la personnalité et le trouble de la personnalité borderline. Les deux troubles sont supposés être causés (ou souvent causés) durant l'enfance par un traumatisme, et un attachement peu stable/désorganisé, et peuvent être expliqué grâce à la théorie de la dissociation structurelle. Ceux avec TDI perçoivent leur identité comme ayant plusieurs parties distinctes tandis que ceux avec TPB perçoivent leur identité comme étant très peu définie et possiblement fragmentée. Le TDI est un trouble dissociatif tandis que le TPB implique souvent des traits dissociatifs. Les deux peuvent avoir des problèmes à former ou maintenir des liens sains. Mais le trouble borderline n'implique pas des parties totalement différenciées et bien qu'ils retrouvent parfois dans des transes dissociatives ou des états de fugue, ce n'est pas la même amnésie inter-identité que l'on retrouve chez ceux ayant un TDI. Ceux avec TDI sont moins susceptible de voir le monde et les autres en noir et blanc, ou ont une peur intense de l'abandon. Le trouble borderline et le TDI peuvent être co-morbide mais ce ne sont pas les mêmes troubles.



Mythe : Le TDI est très rare

Fait : Entre 0,1% et 2% de la population vit avec un TDI. Le DSM-5 place cette prévalence à 1,5%. Cela fait presque 3,2 millions d'Américains, 0,65 millions d'habitant des Royaumes Unis, ou 71 millions de gens à travers le monde !



Mythe : Le TDI est un phénomène Américain

Fait : Le TDI a été retrouvé dans tous les pays où il a été cherché, et certaines recherches avancées concernant le TDI viennent des Pays Bas, de la Turquie, de Puerto Rico et de la Nouvelle Zélande.



Mythe : Le TDI n'existait pas avant Sybil

Fait : Le premier cas connu de TDI était Jeanne Fery en 1584. Sybil a amené le TDI à être connu et a permis d'augmenter le nombre de diagnostics comme plus de recherches étaient menées et plus de sensibilisation était faite, mais le TDI n'a pas commencé avec Sybil.



Mythe : Le TDI est évident et facile à observer chez ceux qui l'ont

Fait : Seulement 5 à 6% de ceux ayant un TDI souffrent ouvertement de ce trouble. Les 94 à 95% restants ne peuvent être facilement identifiables comme ayant ce trouble. Ceux ayant un TDI seront plus facilement identifiés comme ayant un trouble de l'humeur, de la personnalité, un trouble psychotique, d'autres troubles dissociatifs, un trouble de stress post-traumatique, un trouble de conversion, un trouble obsessionnel compulsif, de la paranoïa ou un trouble cognitif.



Mythe : Ceux avec un TDI sont de dangereux meurtriers !

Fait : Comme n'importe quelle autre population souffrant d'un trouble mental, ceux avec un TDI ne sont pas plus destinés à être dangereux ou agressifs que n'importe qui d'autre. Plus encore, le TDI se forme à cause d'un traumatisme durant l'enfance, et ceux ayant un TDI sont plus susceptibles d'être re-traumatisés et d'être à nouveau victimes d'abus et de violence. Contrairement à la croyance populaire, ce n'est pas commun chez ceux ayant un TDI d'avoir un alter "malfaisant".



Mythe : Le TDI est facile à simuler

Fait : Si les non-professionnels peuvent ne pas être capables de distinguer ceux qui sont TDI de ceux qui ne sont pas TDI, les professionnels sont entraînés à faire la différence entre le TDI et les troubles qui peuvent être similaires, ou entre le TDI et les troubles factices ou le simulacre. Les diagnostics faits avec les outils appropriés sont très sûrs.



Mythe : Le TDI est causé par le thérapeute, les médias, en y pensant...

Fait : Il y a une abondance de preuves qui indiquent que le TDI est dû à un traumatisme répété ou sur du long terme, durant l'enfance. La recherche montre que le TDI iatrogène / sociocognitif (TDI résultant d'influences thérapeutiques ou sociales) n'est pas le même que TDI authentique.



Mythe : Le TDI est causé par des abus graves sur un enfant

Fait : Le TDI est causé par un traumatisme répété ou sur du long terme, durant l'enfance. L'abus sur enfant rentre dans les critères et la cause la plus commune, avec près de 90% des personnes avec TDI ayant vécu des abus ou de la négligence infantile. Aussi, d'autres formes de traumatismes sont associés au TDI, comme des interventions chirurgicales répétées, la guerre, le trafic d'êtres humains et le terrorisme. Des liens d'attachements erratiques jouent également un rôle.



Mythe : Le TDI peut se former chez les adultes

Fait : Le TDI ne peut se former chez des individus ayant totalement intégré leur personnalité, et un traumatisme chronique durant l'enfance est nécessaire pour interrompre le développement normal de la personnalité. Il est généralement accepté que cela doit arriver entre 6 et 9 ans. Six ans est considéré comme une période critique pour l'intégration du sens du soi-même et de l'histoire personnelle à cause de la maturation de l'hippocampe et du cortex préfrontal durant cette période.



Mythe : Les alters sont juste des états du moi / des humeurs avec des noms / des amis imaginaires

Fait : les alters sont des états dissociés qui peuvent être très différents les uns des autres. Ils peuvent avoir différents noms, âges, genres, préférences sexuelles, souvenirs, capacités, façons de voir et d'interagir avec le monde, qui peuvent également être uniques. Ils peuvent avoir des troubles psychologiques différents ou différents marqueurs physiologiques et réactions aux stimuli incluant : différence de l'acuité visuelle, de réponse aux médicaments, différentes allergies, différences dans les niveaux de glucose, différence de fréquence cardiaque, de pression sanguine, de réponse au toucher, de tension musculaire, de fonction immunitaire, des différences lors d'électroencéphalogrammes.




Mythe : Ceux avec un TDI ne savent pas qu'ils ont des alters

Fait : Il est commun pour ceux ayant un TDI d'être conscients de leurs alters, d'entendre leurs alters communiquer et de connaître au moins les activités de certains d'entre eux. Beaucoup d'entre eux ont remarqué des signes de la présence de leurs alters depuis leur enfance. Ils peuvent même avoir cru qu'ils contenaient d'autres "gens" ou avoir connu leurs alters de façon plus personnelle, mais ont commencé à ignorer, oublier, ou rejeter ce savoir tandis qu'ils grandissaient et réalisaient qu'avoir des alters n'est pas "normal". Beaucoup de personnes avec un TDI savent que leur mémoire est parfois peu fiable, qu'ils font des choses sans se rappeler les avoir faites, et qu'ils agissent parfois totalement à l'inverse de leur caractère sans pouvoir s'arrêter ou contrôler leurs actions. Ce n'est pas rare pour ceux ayant un TDI d'entendre les voix de leurs alters mais sans pouvoir les comprendre, ou de penser que c'est un signe de folie. Parfois, les personnes avec TDI trouveront qu'elles ont un TDI grâce à la quantité croissante d'informations fiables disponibles à propos de ce trouble, et alors bien sûr que ces personnes qui seront diagnostiquées sauront qu'elles ont un TDI !



Mythe : Les personnes avec TDI ne sont pas conscientes de ce que leurs alters font

Fait : Bien que toutes les personnes avec TDI vivent un certain degré d'amnésie à cause des alters, beaucoup peuvent rester co-conscients avec certains d'entre eux. La co-conscience est la capacité à ce que deux ou plusieurs alters restent conscients de chacun d'entre eux ou du monde extérieur, tous en même temps.



Mythe : Ceux avec TDI peuvent choisir de se débarrasser, tuer, ou instantanément intégrer leurs alters

Fait : Les alters sont des parties dissociées de soi-même. On ne peut s'en débarrasser ou les tuer, pas plus qu'un autre trait de caractère, un défaut, ou n'importe quel autre symptôme ne peut disparaître ou être guéri comme par magie. L'intégration, ou l'abaissement des barrières dissociatives entre les alters jusqu'à ce que tous les alters détiennent toutes les parties de la personnalité et qu'un seul individu ne reste, est possible mais demande du temps et des efforts. Les alters sont formés par un traumatisme et restent séparés à cause d'une incapacité interne à s'intégrer et au fait d'avoir expérimenté des évènements différents menant à la formation d'individus différenciés.
L'intégration n'est pas forcément le bon choix pour tous les systèmes et est un choix personnel. Dans beaucoup de cas, faire progresser la communication et la coopération entre les alters est plus souhaitable, même si il n'y a pas tous les bénéfices d'une intégration complète. Même lorsqu'un système a réussi à s'intégrer, le traitement doit continuer jusqu'à ce que l'individu soit plus habitué à vivre de cette façon.


"Contrairement à la croyance populaire, avoir des personnalités multiples ne fait pas de vous un psychopathe. Malheureusement, les médias exagèrent absolument tout." - Alpha



------------------------------------------
Les fausses idées les plus communes sur le TDI


Source : Common misconceptions about dissociative identity disorder


Un des problème que j'ai avec la mythologie qui entoure le Trouble Dissociatif de l'Identité est qu'elle rend la recherche de traitement et de soutien difficile. Le TDI est assez difficile à supporter soi-même, sans avoir en plus besoin de tailler son chemin entre les discours erronés et les stéréotypes afin d'obtenir de l'aide. La plupart des idées préconçues à propos du TDI provient des émissions de divertissement. Mais le TDI lui-même, entre les mains de ceux qui ne le comprennent pas, est une source de mythes sur ce trouble.

Ce n'est pas que les émissions de divertissements présentent une image entièrement fausse de ce qu'est le Trouble Dissociatif de l'Identité. Beaucoup de portraits dépeints font un travail honorable dans la représentation de quelques aspects d'une vie avec le TDI. Mais quand votre motivation est le divertissement, les parties les plus dramatiques du trouble doivent être montrées et les parties plus subtiles, la réalité de tous les jours, devient presque inexistante. C'est du sensationnalisme, et c'est ce qu'il faut blâmer le plus pour ces idées fausses les plus communes :

Les changements de personnalité sont évidentes. La garde-robe change, les habitudes de langage sont différenciés, ainsi que les manières et habitudes (i.e. le fait de fumer), tout ça pour aider à informer le lecteur ou spectateur d'un changement. Dans la vie réelle, les changements de personnalité ne sont pas faciles à identifier. Une personne sans aucune connaissance à propos du Trouble Dissociatif de l'Identité pourra interagir avec plusieurs personnalités sans même le savoir.
Les personnes avec un Trouble Dissociatif de l'Identité vivent des vies totalement normales. Si vous croyez ce que vous voyez à la télévision, vous devriez penser que je suis une humble mais brillante artiste le jour et une séductrice fatale la nuit. Mais mes jours sont remplis par mon travail, mes tâches ménagères, ma thérapie et ma famille. La nuit, je dors. Je suis vraiment plutôt ennuyante, même si je tuerai pour être une brillante artiste. Je plaisante !

Certaines des idées fausses les plus persistantes viennent des particularités du trouble lui-même qui, isolées et hors-contexte, peuvent être trompeuses :

Les gens avec des personnalités multiples ne savent pas pour les autres personnalités. Ce mythe provient de l'amnésie dissociative, un des cinq premiers symptômes du TDI. C'est vrai que beaucoup de grands vivent pendant des années sans un seul soupçon quant au fait d'avoir des alters. Mais avec un diagnostic et un traitement, on apprend à propos des autres et à cultiver la communication interne. C'est un processus qui se met en place graduellement, pas un phénomène "tout-ou-rien".
Le TDI est basiquement : beaucoup de gens dans un seul corps. L'altération d'identité, un autre symptôme du TDI, est la source de ce mythe. Nous agissons indépendamment et souvent sans que les autres le sachent. Nous avons différents noms, âges, intérêts, souvenirs etc. Il est sûr que cela sonne comme plusieurs personnes vivant dans le même corps. Mais en réalité, nous sommes une identité si sévèrement fragmentée que nous semblons être des gens différents, même si ce n'est pas le cas.

Le Trouble Dissociatif de l'Identité est un trouble mental parmi les moins bien compris, et cela rend le fait de vivre avec encore plus difficile qu'il le devrait pour beaucoup de personnes. Exposer ces idées fausses les plus communes peut ne pas sembler grand chose. Mais je crois que si nous continuons à parler honnêtement du TDI, les vies de ceux qui l'auront dans vingt ans seront meilleures.

______________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dwelt-multiple.blog4ever.com/
 
TDI, stéréotypes et fausses idées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les fausses apparitions a Anguera(Brésil):Pedro Régis
» Pandémie de fausses révéaltions.
» flp et fausses-routes?
» Fausses fiches de pays
» LA FOLIE DU MILLÉNAIRE ET LES FAUSSES PROPHÉTIES...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Multiples :: Discussions :: Documentation-
Sauter vers: