Multiples

Forum français pour les systèmes de personnalités/alters et leurs proches
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dépersonnalisation / Déréalisation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dwelt
Admin
Admin
avatar

Messages : 151
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Dépersonnalisation / Déréalisation   Mar 28 Nov - 9:55

Dépersonnalisation/Déréalisation



Source : DID-research : dp/dr


Le DSM-5 liste les critères suivants pour un diagnostic de trouble de dépersonnalisation/déréalisation :

A. La présence de phases persistantes ou récurrentes de dépersonnalisation, déréalisation, ou les deux :

1. Dépersonnalisation : sentiment d'irréalité, de détachement, ou d'être un observateur externe par rapport à ses pensées, ses émotions, ses sensation corporelles, son corps ou ses actions (càd des altérations de la perception, une notion du temps distordue, un sens de soi déformé ou absent, une anesthésie émotionnelle ou physique).

2. Déréalisation : sentiment d'irréalité ou de détachement par rapport à l'environnement (càd les gens et les objets sont vu comme non-réels, flous, sans vie, ou distordus).


B. Durant ces épisodes de dépersonnalisation ou de déréalisation, le sens de la réalité reste intact.


C. Les symptômes sont, de façon significative, des sources de stress ou gênent les relations sociales, les occupations ou d'autres domaines touchant la fonctionnalité d'une personne.


D. Ces perturbations ne sont pas attribuables à l'effet physiologique d'une substance (càd abus de drogue, médicament) ou d'autres problèmes médicaux (càd évanouissement).


E. Ces perturbations ne peuvent être expliquées par un autre trouble mental tel que la schizophrénie, le trouble de panique, la dépression, le trouble de stress aiguë, le trouble de stress post-traumatique, ou un autre trouble dissociatif.



Le critère A établit que le trouble de DP/DR implique un sentiment de dépersonnalisation (tel que la personne ne se sent pas réel, ou n'est pas connectée ou ne contrôle pas ses pensées, ses émotions, ses sensations, son corps ou ses actions ; cela peut impliquer une altération de la façon dont la personne perçoit la réalité, comment elle perçoit le temps, comment elle conceptualise sa personnalité, et comment elle perçoit ses émotions ou les sensations physiques) et/ou un sentiment de déréalisation (tel que le monde autour de la personne ne semble pas réel ou pertinent ; cela peut impliquer que le monde semble irréel, semblable à un rêve, flou, sans vie, ou distordu).

Les individus vivant un épisode de dépersonnalisation peuvent avoir l'impression de ne pas avoir d'identité, peuvent reconnaître mais ne pas ressentir leurs émotions, peuvent avoir l'impression que leurs pensées leurs sont étrangères, se sentent déconnecté de leur corps ou d'une partie spécifique de leur corps, ou peuvent être incapable de ressentir ou comprendre des sensations comme le toucher, la faim ou la soif. Ils peuvent se comparer à des robots et avoir l'impression de ne pas avoir le contrôle, ou bien avoir des expériences "hors du corps", durant lesquelles ils se sentent observateurs de leurs propres actions.

Les individus vivant un épisode de déréalisation peuvent avoir l'impression que le monde, les autres gens, les objets ou tout ce qui les entourent est irréel, étrangers, ou lointain. Ils peuvent avoir le sentiment d'être dans un rêve, dans le brouillard, une bulle ou se sentir comme séparé du monde par une vitre ou un voile. Le monde peut apparaître sans couleur, sans vie ou artificiel, et des distorsions de perception comme l'impression que la vision devient floue, sans profondeur ou distance peuvent se manifester. Des distorsions sur le plan auditif peuvent donner l'impression que les voix perçues sont atténuées ou amplifiée.


Le critère B spécifie que la dépersonnalisation ou la déréalisation n'est pas dû à une psychose. L'individu qui vit la dépersonnalisation ou la déréalisation est capable de comprendre que leurs expériences ne sont pas vraies de façon objective. Toutefois, l'individu peut ne pas comprendre la cause de ce qu'il vit et peut penser qu'il "devient fou" ou à de possibles lésions cérébrales.

Le critère C exclut les sensations d'irréalité ou les altérations de perceptions qui ne sont pas angoissantes ou perturbants le fonctionnement. Des épisodes transitoires de dépersonnalisation ou de déréalisation qui durent des heures jusqu'à des jours, sont communs dans la population, mais seulement 0,8% à 2.8% des gens à travers le monde remplissent les critères pour ce trouble.

Le critère D exclut la dépersonnalisation et la déréalisation qui est causée par l'utilisation de substances, par le sevrage à une substance, ou par des crises. Toutefois, certaines substances illicites peuvent déclencher un trouble de dépersonnalisation/déréalisation qui dure un temps significatif après l'utilisation de la substance. Si les symptômes apparaissent après l'âge de 40 ans, un problème médical sous-jacent doit être envisagé. La dépersonnalisation/déréalisation commence généralement lors de l'adolescence, voire durant l'enfance. Le trouble commence rarement à un âge si jeune que la personne ne peut se rappeler la vie avant le trouble, ou après l'âge de 25 ans. Le développer après 40 ans est inhabituel.

Le critère E exclut la dépersonnalisation et la déréalisation qui sont causés par un autre trouble mental. Le trouble anxieux est souvent co-morbide avec la dépersonnalisation/déréalisation ou contient des éléments dissociatifs, mais ce n'est pas un exemple de trouble de la déréalisation/dépersonnalisation. Les épisodes de dépersonnalisation ou de déréalisation qui n'arrivent que lors des attaques de panique doivent être considérés comme un aspect du trouble anxieux. L'engourdissement émotionnel, l'apathie, et le sentiment d'irréalité dut à un trouble dépressif majeur ne permet pas le diagnostic d'un trouble de la dépersonnalisation/déréalisation. En l'absence de rattachement à la réalité, un trouble psychotique devrait être diagnostiqué. Si les symptômes de dépersonnalisation/déréalisation se produisent dans le cadre d'un autre trouble dissociatif, ce diagnostic peut s'intégrer au précédent (par exemple, une personne avec un trouble dissociatif de l'identité qui connait des épisodes de déréalisation sera diagnostiqué uniquement avec un TDI, tandis qu'une personne avec amnésie dissociative peut aussi être diagnostiquée avec dépersonnalisation/déréalisation car les deux troubles n'ont pas de symptôme se chevauchant).

Ce peut être soudain ou graduel, les épisodes peuvent durer quelques heures à quelques années. Le stress ou des facteurs environnementaux peuvent déclencher des épisodes ou exacerber les symptômes.
Si un trauma durant l'enfance est associé avec la dépersonnalisation/déréalisation, cette relation n'est pas aussi forte qu'avec les autres troubles dissociatif. Ce trouble est souvent associé au stress sévère, à la dépression, l'anxiété, l'abus de substances. Il y a aussi des preuves montrant que la méditation peut déclencher de la dépersonnalisation ou de la déréalisation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dwelt-multiple.blog4ever.com/
 
Dépersonnalisation / Déréalisation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Help] Déréalisation & Dépersonnalisation
» Dépersonnalisation
» Comment "soigner" une dépersonnalisation ?
» Prières de vérité et de réalisation
» La réalisation du soi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Multiples :: Discussions :: Documentation-
Sauter vers: